Tohu-Bohu

Forum généraliste
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Somwhere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MattDamon
Rambo des bacs à sable
Rambo des bacs à sable
avatar

Masculin
Nombre de messages : 166
Age : 32
Localisation : Au fond à gauche
Emploi : Inventeur de Schnapps
Loisirs : Manger des disques lasers de Dorothée
Date d'inscription : 26/08/2010

MessageSujet: Somwhere   Mar 11 Jan - 16:33


Dernier film de Sofia Coppola, réalisatrice star du cinéma contemplatif.

Alors autant commencer par décrire la première scène, histoire de planter le décor.
Plan fixe sur ce qui semble être une route, au beau milieu d'un désert. Au premier plan, un tronçon de route, qui fait la largeur de l'image. Au second plan, on devine un second morceau de route.
La scène dure bien 2-3 bonnes minutes.
Une joli ferrari noire arrive a fond sur la route au premier plan, sort du champ, puis réapparait sur la route du fond, pour ressortir du champ de l'autre côté. On entend très bien le moteur de la voiture, qui suggère que la route est en fait un circuit, et que le pilote fait de la vitesse avec sa belle bagnole. La ferrari revient dans le champ comme précédemment et effectue le même circuit. Puis une troisième fois. Puis une quatrième fois. Puis une cinquième fois. La je commence a me dire "hé meeeeerde qu'est ce qu'elle nous a pondu ?". Heureusement, à la sixième fois la ferrari s'arrête. Le pilote en sort - on devine qu'il s'agit du héros - la ferrari bippe jusqu'à ce qu'il en referme la porte. Il se plante sur le côté de la bagnole et regarde au loin, de 3/4 face au spectateur. Fin de la scène.

Bon hé ben je comprends mieux pourquoi certaines critiques évoquaient David Lynch ...
Malheureusement pour Sofia Coppola, la ou David Lynch a un style appuyé et excellemment maitrisé, la réalisatrice, elle, ne sais pas trop dans quoi elle met les pieds. Et on obtient un film assez mou, avec des acteurs tout juste crédibles - et surtout stéréotypés à l'extrême - et sans vraiment d'accroche réelle. Une sorte de long documentaire sur le luxe, le stupre et la luxure - sur fond de drame psychodramatique.

A part ça, le film est beau, la réalisation est impec' et il y a quand même quelques notes d'humour appréciables. Et pour les pervers, je n'ai pas compté mais il y a suffisamment de paire de seins/fesses exhibées ici pour satisfaire même les plus gros appétits !

Bref, j'aurais préféré revoir Lost in translation, mais je commence à me demander s'il n'y avait pas que Bill Murray qui en faisait un aussi bon film ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyler Durden
Tohu-Bohien
Tohu-Bohien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12661
Age : 37
Localisation : 48°52 2°20
Emploi : educateur dans un centre spécialisé pour Nivernais
Loisirs : le bilboquet, le curling sur sable, la poésie norvégienne du 14ème siecle
Date d'inscription : 18/01/2005

MessageSujet: Re: Somwhere   Mar 11 Jan - 17:59

exactement Monsieur Damon!!! c'est ce que je me tue à dire et redire, elle doit son succès à Bill!!!
non j'exagère Scarlett était très bien aussi et l'exotisme du japon est toujours très enivrant, en fait elle ne faisait pas un film avec du vide meme si il était complentatif il y avait des choses a monter, or ca fonctionnait aussi avec Marie Toinette parce que film d'époque, parce que visuellement intéressant, etc...

Somewhere ca sent le film de trop dans le registre et ce que tu en dis me le confirme

_________________
Dr. Peter Venkman: We came, we saw, we kicked its ass!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Somwhere
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tohu-Bohu :: Détente :: La Toile :: Critiques-
Sauter vers: